Investissement dans l’isolation haute performance.


Investissez dans une isolation performante

Investissement dans l'isolation haute performance.

Réaliser une bonne isolation est le premier geste à entreprendre pour éviter les déperditions d’énergie. L’Ademe (Agence de la transition écologique) les a chiffrées pour les maisons d’avant 1974 : de 25 à 30 % pour le toit, de 20 à 25 % pour les conduits de cheminées, de 20 à 25 % pour les murs extérieurs, de 10 à 15 % pour les fenêtres, de 5 à 10 % pour les ponts thermiques (les jonctions entre la toiture et les murs, entre les murs et les fenêtres, etc.) et de 7 à 10 % pour les planchers bas. En outre, dans une maison bien isolée, vous installerez des équipements de chauffage moins puissants, donc moins chers et moins consommateurs de kilowattheures. Revers de la médaille, l’isolation est le parent pauvre de l’argent public. Comptez de 7 à 75 euros/m2 pour l’isolation des murs (extérieur-intérieur, des toitures-terrasses et des rampants de toiture) et de 40 à 100 euros l’unité pour les fenêtres avec MaPrimeRénov’. Les combles perdus et les planchers bas, eux, ne sont pas subventionnés.

Nous avons fait les calculs avec Archenergie, bureau d’études et entreprise de travaux RGE implanté à Bordeaux et La Rochelle. Notre exemple type : une famille de quatre personnes, catégorie intermédiaire (revenu fiscal de référence de 50 000 euros), propriétaire d’une maison de plain-pied de 150 mètres carrés, datant des années 70, chauffée à l’électricité (abonnement de 9 kVA) et qui engage des travaux complets d’isolation. La maison dispose déjà d’une ventilation (VMC). Il faut impérativement en installer une dès qu’on touche à l’étanchéité (une VMC simple flux hygroréglable coûte environ 1 500 euros et une double flux 6 000 euros avant aides).

Sur le coût global du chantier, 45 000 euros, le foyer ne touchera que 18 % de subventions (MaPrimeRénov’ et certificats d’économies d’énergie), soit 6 800 euros au total. Son reste à charge sera donc important (38 200 euros), qu’il pourra financer avec un éco-PTZ de 30 000 euros, sur vingt ans pour alléger la mensualité, soit 125 euros par mois. In fine, l’économie sur la facture atteindra plus de 50 % (facture diminuée de 3 000 à 1 500 euros) et les travaux seront rentabilisés en un peu plus de dix-sept ans.

Ce temps long peut rebuter et explique pourquoi nombre de particuliers préfèrent remplacer une chaudière, ayant l’impression que l’opération sera plus rentable au moment de l’investissement. Or, cette dernière devra être changée généralement au bout de quinze ans, ce qui engendrera un effort financier supplémentaire. Une opération d’isolation, nécessitant certes une mise de départ plus importante, aura cependant une « durée de vie » plus longue (quarante ans pour l’isolation des murs). Pour réduire la note, notre famille peut se contenter de l’isolation du toit et des murs, le plus efficace thermiquement. Ou miser sur une rénovation globale (en changeant en plus de système de chauffage, par exemple), ce qui lui permettra d’obtenir un forfait de 7000 euros en sus (si la consommation d’énergiebaissede55% minimum).

Cet exemple est schématique. Dans vos calculs, il faut tenir compte du type d’isolation que vous souhaitez réaliser. Selon les techniques et les matériaux choisis, le prix variera notablement. Différents types d’isolants existent : synthétiques (polyuréthane, polystyrène), minéraux (laine de verre, de roche…), biosourcés (ouate de cellulose, laine de bois, de chanvre…). La base pour choisir est leur résistance thermique, car de cette dernière dépendront les subventions qui s’appuient sur des critères minimaux de performance thermique à atteindre. Elle figure sur l’étiquette de l’isolant. Vérifiez aussi la certification Acermi (elle garantit la stabilité de la performance d’isolation dans le temps). Mais il ne faut pas s’arrêter là. Tous les isolants ont des avantages et des inconvénients (il faut regarder la sensibilité à l’humidité, la résistance au feu, la recyclabilité…). Prenez le temps de vous informer et demandez des devis avec des techniques et matériaux différents.