Placements financiers: Les vieux PEL sur la sellette


Dans un rapport publié début septembre, la Cour des comptes recommande la suppression des avantages pour les anciens plans épargne logement (PEL). Contrairement aux plans ouverts depuis six ans, qui rémunèrent seulement à 1% brut, ceux souscrits avant 2011 bénéficient toujours d’un rendement bien plus attractif, en moyenne de 4,5 % selon la Banque de France (voir infographie). S’il n’est plus possible de les alimenter, leur durée de vie n’est pas limitée et les intérêts continuent d’être versés, contrairement aux PEL ouverts après 2011, qui ont une durée de vie de quinze ans maximum avant d’être transformés en livret d’épargne classique. De même, les intérêts des plans ouverts avant 2018 sont exonérés d’impôt sur le revenu, et ce pendant douze ans! Selon la Cour, il s’agit d’«un placement financier s’apparentant, pour les PEL anciens, à une véritable rente. » Les pouvoirs publics pourraient donc être tentés de revoir les règles en la matière ou de laisser la possibilité aux banques de clôturer les vieux plans. Une option que certaines ont déjà tenté de mettre en place, comme La Banque Postale qui a exigé l’an passé l’ouverture d’un compte courant dans son établissement pour conserver un PEL. Une contrainte, depuis, levée grâce à une action menée par l’UFC-Que Choisir.

,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *